Les vins de l'été

Température de service

Les vins rouges de l’été doivent être servis à la température de la cave, entre 14 et 16°C. Au-delà, et surtout les jours de canicule, l’alcool s’impose, les tanins paraissent collants et le fruité du vin perd tout son éclat.
Pour les vins blanc et rosés, évitez de les servir trop froids pour ne pas anesthésier leurs parfums. La température idéale se situe entre 10 et 12°C.

Barbecue et vin, l’art du mariage

À la braise, selon la tradition, ou à la plancha, le petit goût de fumée en moins, les grillades représentent le moment fort des repas estivaux. Plus ou moins saignante ou rosée à cœur, saisie et « caramélisée » en surface, la viande grillée demande des vins expressifs aux tanins encore un peu fermes. Pour faire dans le grosso modo, on peut ranger par familles les vins qui correspondent le mieux aux saveurs ou à la texture de certaines viandes.

Avec l’agneau

Fort en goût et de consistance moelleuse, on associera des vins tanniques à l’ossature présente et aux goûts marqués, presque épicés. Ceux de la Loire et issus du cépage cabernet – chinon, bourgueil, anjou rouge, saumur-champigny – donneront entièrement satisfaction.

Avec le porc

Le porc offre une viande fibreuse dont la partie grillée rappelle le caramel, nous alignerons une division de fruits avec une acidité « réveille-papilles » : beaujolais, arbois rouge, gamay de touraine, pinot noir d’Alsace… Quand le porc est plus gras, échine, poitrine ou encore saucisse, des vins plus solides, plus structurés feront l’affaire. Il faut donc se tourner vers la vallée du Rhône ou le Languedoc : cairanne, rasteau, crozes-hermitage, crus du Languedoc, corbières, côtes-du-roussillon-villages.

Avec le bœuf

Le boeu, dont la viande est plus sanguine et juteuse, nous proposons l’alternative. Il y a l’option aérienne offerte par le pinot noir de Bourgogne : le côté cerise, fumée, griotte, cassis d’un vin de l’Yonne, irancy ou coulanges-la-vineuse (ou encore de la côte chalonnaise, comme un givry), se marie merveilleusement bien avec la côte de bœuf. L’option tanins ronds, ceux du cépage merlot quand il s’exprime au travers d’un pomerol, d’un fronsac ou d’un saint-émilion, s’applique aussi bien aux viandes persillées, un peu grasses, qu’aux viandes longues type bavette ou onglet.

Dégustation en ce moment chez Francis Bernard

Gamay-Syrah - Rouge du Beaujolais

 Cliquez ici

La dernière actu !